Architectonie ALFA architectony

From ALFA
Jump to: navigation, search


Ce document traite d'une contexture environnementale étendue et nouvelle. De ce fait, il fait appel à des concepts nouveaux dont la terminologie est accessible par hyperliens dans le texte.

This document deals with a new and extended environmental contexture. As a result, it uses new concepts whose terminology is accessible via hyperlinks in the text.

___________

L'architectonie libre ALFA se veut :

  • une modélisation architectonique (c'est à dire à partir des fondements premiers de l'univers)
  • à vocation anthropobotique (c'est-à-dire facilitant une approche homogène de la résolution problématique et de l'administration de la preuve par cérébrique naturelle ("plus humain") et/ou artificielle ("plus machina") ).
  • visant à la facilitation de ce "plus humain" par ce "plus machina", l'hypostase de l'univers ne relève pas de son domaine.

The free ALFA architectony wants to be:

  • an architectonic (that is to say starting from the primary foundations of the universe) modeling
  • with an anthropobotic vocation (i.e. facilitating a homogeneous approach of problematic resolution and administration of the proof by natural ("plus human") and / or artificial ("plus machina") cerebrics.).
  • aiming at the facilitation of this "plus human" by this "plus machina", the hypostasis of the universe does not fall within its domain.

Travail en cours ...

Under works ...

Textes racines de travail

Modélisation

Pour cela j'ai besoin d'une modélisation première (architectonique). Je l'appelle ALFA (Architectonie Libre/Free Architectony) car je la place sous licence Créative Common pour que toute proposition et savoir qui s'y réfère soit indéfiniment en libre accès. Elle se limite à ceci, et à ses conséquences immédiates :


Je nomme interligence la texture par laquelle "tout est lié", "syllodonnées" les lois de ses liens et capax la capacité de les modifier.
Par nature sa diktyologie (maillage) est :
  • conforme au principe imprédicatif du "catenet" de Pouzin (le réseau des réseaux) et forme la contexture de ses textures particulières.
  • "agorique" c'est-à-dire que tout contexte particulier y est situationnellement sujet à simultanéité réciproque à la vitesse de propagation infodynamique de l'intellition (la perception du sens rapporté au mnème). Le raisonnement y est agorique (science mathémagorique) : la logique multi-binaire (sorite) ne convient qu'aux systèmes successifs fermés.
Note 
ALFA n'est qu'un outil de travail pour la considération d'outils de travail. Elle ne se fonde donc pas sur la vérité (dont elle doit cependant permettre de débattre) mais sur une cohérence efficace aux limites. (1) Cette définition peut-être circulaire. (2) La notion d'efficacité et de report éventuel des limites fait que cette cohérence est révisable. (3) Il en résulte que mon contexte de travail (qui en devient celui des instruments d'une méthodologie) devrait être résilient à l'évolution cohérente d'ALFA ou à l'utilisation d'un autre modèle efficacement cohérent à ses limites.


Technosophiquement,


je me situe dans la perspective d’une homéodynamique nomologique science-société tendant vers :
  • une augmentation "plus-humaine" (persona) de la personne munie son nébulaire numérique (neb), dans les conditions émergentes de sa distribution de vie (lois de 2006/2007 : cinq âges sociaux en comptant le posthume) ;
  • une capacitation et une centricité humaines d'une Société de l'Information, à la gouvernance quadriparticipative (public, civil, privé, organisations intergouvernementales) de la multitude commune, telle que réclamée et introduite par le consensus du Sommet mondial sur la Société de l'information (SMSI 2003/2005).
  • un droit du mnème et de l'autonomie artificielle (et une éthitechnique de son développement) qui les respectent.


Roots of work

Modelization

For that I need a first modeling (architectonic). I call it ALFA (Free Architectonic / Free Architectony) because I place it under the Creative Commons license so that any proposal and knowledge that refers to it is indefinitely open access. It is limited to this, and to its immediate consequences:


I name "interligence" the texture by which "' everything is connected"," "syllodata" the laws of its links and "capax" the self-ability to modify them.
By nature its diktyology ( mesh ) is:
  • conform to the impredicative principle of Pouzin's "catenet" ("network of networks") and forms the "contexture" of its particular "textures".
  • "agoric" meaning that any particular context is situationaljy subject to simultaneous reciprocalness to infodynamic' 'propagation speed' ' 'intellition' (perception of 'meaning' related to 'mneme' ). Reasoning is agoric ( mathemagorical science ): the multi-binary logic ( sorite ) is only suitable for closed systems .
Note:
ALFA is only a working tool for the consideration of working tools. It is not based on the truth (which it must, however, allow to debate) but on an effective consistency at the limits. (1) This definition may be circular. (2) The notion of efficiency and possible deferral of boundaries makes this consistency reviewable. (3) It follows that my work context (which becomes that of the instruments of a methodology) should be resilient to ALFA's coherent evolution or the use of another effectively coherent model to its limits.


Technosophically,


I place myself in the perspective of a science-society nomological homeodynamics tending towards:
  • a "more-human" ("persona") increase of the person with his digital nebular ( 'neb' ), in the emergent conditions of his life distribution (laws of 2006/2007: five ages counting the posthumous);
  • an human empowerment and centricity of an Information Society, to quadriparticipative governance (public, civil, private, intergovernmental organizations) of the common multitude, as demanded and introduced by the consensus of the World Summit on the Information Society (WSIS 2003/2005).
  • a right of the mneme and the artificial autonomy (and an ethitechnic of its development) which respect them.